Vous êtes ici

BAC S "sciences de l'ingénieur" ou "SVT"

BAC S  « sciences de l’ingénieur » ou « SVT »

Aimer les maths et les sciences, tout en recherchant la complémentarité dans les matières littéraires : la filière scientifique dite S est la voie d’excellence pour les élèves désireux de poursuivre des études longues à caractère scientifique.

A Saint Joseph, vous pouvez choisir comme dominante SVT ou sciences de l’ingénieur (SI).

Cette dernière associe à une solide formation générale et scientifique une culture pluritechnologique qui est recherchée par les écoles d’ingénieurs et les IUT scientifiques qui recherchent ces profils complets et offre ainsi un atout important pour la préparation de carrières de haut niveau en tant qu’ingénieur, chercheur ou enseignant.

En S « S.I. » les jeunes  travaillent sur des projet autour de l’ingénierie, de l’énergétique, du développement durable, en 1ère et en terminale.

 

Depuis la rentrée 2012, nous avons ouvert l'option SVT en alternative à l'option Sciences de l'ingénieur.

Une spécialité est proposée en terminale

  • Mathématiques pour les élèves désirant approfondir cette matière et concerne plus particulièrement les élèves désireux de s’engager vers une formation d’ingénieur.
  • Informatique et Sciences du Numérique » en terminale : le « tout numérique » constituant dorénavant notre quotidien, la double ambition de cette spécialité est d'amener les élèves à une maîtrise des mécanismes numériques fondamentaux et à une prise de conscience des enjeux de société liés à cette révolution technologique. Pour ce faire, nous quittons le rôle de simple utilisateur pour endosser celui de développeur. Au travers de mini-projets de quelques semaines, les élèves - seuls, par deux, par trois – se confrontent à des environnements de programmation quasi professionnels.

 

Du nouveau en Terminale S : la spé' ISN

 

Depuis cette rentrée 2013, les élèves de Terminale S du lycée Saint Joseph peuvent choisir de suivre l'enseignement de spécialité I.S.N. : informatique et sciences du numérique.

Au programme ? Des programmes... mais pas seulement.

Le « tout numérique » constituant dorénavant notre quotidien, la double ambition de cette spécialité est d'amener les élèves à une maîtrise des mécanismes numériques fondamentaux et à une prise de conscience des enjeux de société liés à cette révolution technologique.

Pour ce faire, nous quittons le rôle de simple utilisateur pour endosser celui de développeur. Au travers de mini-projets de quelques semaines, les élèves - seuls, par deux, par trois – se confrontent à des environnements de programmation quasi professionnels.

A titre d'exemple, pour débuter cette année, Ely, Mathurin et cinq de leurs camarades sont partis d'une image prise par un astronome amateur avec pour objectif commun d'en extraire les étoiles de la Grande Ourse : l'image traitée devant être renvoyée par un serveur sur une page Web. Mais libre à chacun d'orienter le projet dans sa propre direction : François voulait une image imprimable sur fond blanc, le binôme Gaétan – Etienne  trouvait que l'ensemble manquait de couleur...

Au-delà de la base théorique apportée brièvement par l'enseignant, les connaissances nécessaires à tous sont présentées au groupe par de courts exposés individuels : les différents formats d'images, le droit et l'image sur Internet ont ainsi été abordés au fil du premier mini-projet. Pour les besoins plus spécifiques liés aux différences entre projets, les élèves sont poussés à consulter en autonomie les ressources disponibles essentiellement sur Internet.

Et ensuite ? Dans l'attente du lancement du projet final, de nouveaux mini-projets rythment l'année jusqu'en février : de la cryptographie pour découvrir le codage des caractères, du guidage de robot Lego pour travailler l'algorithmique, de la capture d'informations sur le réseau...

Bien sûr, à raison de deux heures hebdomadaires, tous ces domaines ne pourront être visités en profondeur mais nombre d'élèves retrouveront en enseignement supérieur un approfondissement de ces notions : les CPGE* viennent d'inscrire à leur programme officiel un enseignement obligatoire des sciences du numérique.

Concrètement pour le bac ?

La spécialité ISN contribue pour un coefficient 2. La note attribuée courant mai par un jury de deux personnes dont l'enseignant habituel repose sur l'évaluation d'un oral de projet. Le thème du projet est proposé par des groupes de deux ou trois élèves courant janvier. Il appartient aux élèves de rédiger un cahier des charges et un calendrier de progression afin d'estimer au mieux la difficulté du défi qu'ils se lancent. L'entretien avec le jury s'articule en deux parties : les 8 premières minutes, le candidat présente son projet, le rôle qu'il y a joué, les difficultés qu'il a rencontrées, les solutions qu'il a adoptées. Il s'appuie obligatoirement sur un dossier informatisé. Dans un second temps, 12 minutes sont consacrées à un « dialogue argumenté » avec le jury où l'accent sera porté sur la maîtrise des connaissances techniques présentées.

Autrement dit, si l'élève a su choisir un projet le motivant (conception d'un jeu, d'un site Internet etc), il n'a vraisemblablement rien à redouter de sa rencontre avec le jury.

Cette spé' ISN n'est donc pas réservée aux geeks !  :o)

 

* Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles